Menu

Saisissez votre adresse mail pour recevoir nos articles :





ADA Compliance : Websites Need to Be Accessible Too / Conformité avec l’Americans with Disabilities Act : les sites Internet aussi doivent être accessibles


In recent years, a new kind of ADA compliance lawsuit has emerged. Indeed, plaintiffs have started targeting websites—including websites operated by non-U.S. entities—for failure to comply with the Americans with Disabilities Act (“ADA”) of 1990.


The Americans with Disabilities Act

was enacted in 1990 to prohibit discrimination against disabled persons and to ensure that disabled persons enjoy equal rights and opportunities. In particular, Title III of the ADA provides that “no individual shall be discriminated against on the basis of disability in the full and equal enjoyment of the goods, services, facilities, privileges, advantages, or accommodations of any place of public accommodation.” The ADA itself, which was enacted before the Internet became widespread, only lists physical places as examples of “places of public accommodation.” That has not stopped plaintiffs from bringing claims against websites. In doing so, they benefit from the support of the Department of Justice (“DOJ”), which has stated, in guidance it has issued on the ADA, that it has interpreted the ADA to cover websites operated by public accommodations.


Courts have also been receptive to such claims, agreeing to hear them despite defendants’ objections. There is, however, a split among courts as to which websites fall within the scope of the ADA. Some courts have ruled that places of public accommodation do not need to be physical places, and that, therefore, websites themselves could be places of public accommodation. For instance, in National Federation of the Blind v. Scribd Inc., the United States District Court for the District of Vermont found that a digital library offering reading subscription services via a website was a place of public accommodation. The court (and others like it)’s rationale is that Congress, in enacting the ADA, intended for the Act to have broad coverage so that disabled people would be able to fully participate in all aspects of society, and that, although when the ADA was enacted in 1990, the Internet was only in its infancy, it has now become central to many aspects of society. On the other side of the split, some courts require a strong nexus between the website and a physical place of public accommodation for the website to be covered by the ADA. For instance, earlier this year, in Robles v. Domino’s Pizza, LLC, the United States Court of Appeals for the Ninth Circuit noted that “Domino’s website and app facilitate access to the goods and services of a place of public accommodation—Domino’s physical restaurants,” and therefore ruled that the ADA applied to the website (and – it must be noted - the mobile app). The court emphasized that the nexus between the website and the physical place of public accommodation was “critical” to its analysis.

Although many of the cases brought so far have focused on Title III of the ADA, new cases are now being brought under Title I. Title I prohibits discrimination on the basis of disability in the context of job application, hiring, advancement and dismissal of employees, and terms and conditions of employment. For instance, in Kasper v. Ford Motor Co., a case filed earlier this year, the plaintiff is alleging that the defendant violated Title I by failing to offer disabled people a proper accessible alternative to their online job application process.

For the time being, the exact standard websites should adhere to in order to be in compliance with the ADA remains unclear. The DOJ has not yet made available any guidance on website compliance with the ADA and may not do so in the near future. The DOJ has recently reiterated, however, that the “absence of a specific regulation does not serve as a basis for noncompliance” with the ADA. As a result, businesses operating a website have little choice but to turn to privately created standards, the most commonly relied-upon standard being the Web Content Accessibility Guidelines (“WCAG”) 2.0. WCAG 2.0 contains guidance on how to make websites perceivable, operable, and understandable for people with disabilities, as well as robust (i.e. able to withstand changes in technology). At least one court—the United States District Court for the Southern District of Florida in Gil v. Winn Dixie Stores, Inc.—has ordered a company to ensure that its website conforms with WCAG 2.0. The DOJ has nonetheless specified recently that “noncompliance with a voluntary technical standard for website accessibility [such as WCAG 2.0] does not necessarily indicate noncompliance with the ADA,” thereby affording some flexibility to websites on how they comply with the ADA. However, it is generally considered best practice for all websites to meet basic accessibility criteria, not just because of the threat of an ADA lawsuit, but because it simply sends a more positive message to all consumers. In addition, compliance with basic accessibility guidelines should be standard practice, as the skills, effort and/or tools required to meet such guidelines should be minimal for most developers.

In sum, in the absence of further clarification by the DOJ, Congress, or the Supreme Court on which websites fall within the scope of the ADA, and on what compliance with the ADA exactly entails for a website, it is advisable for any website that could potentially have US-based visitors to comply with WCAG 2.0 in order to mitigate the risk of ADA compliance lawsuit.

Emily Ayoob, Esq. Partner - Deborah A. Nilson & Associates, PLLC



Conformité avec l’Americans with Disabilities Act : les sites Internet aussi doivent être accessibles

Ces dernières années ont été témoins de l’émergence d’un nouveau type d’actions en justice portant sur la conformité avec l’Americans with Disabilities Act (« ADA ») de 1990 (en français, Loi sur Les Américains en Situation de Handicap). En effet, des internautes prennent désormais pour cible des sites Internet, y compris des sites opérés de entités étrangères, pour non-conformité à l’ADA.

L’ADA a été promulgué en 1990 pour interdire la discrimination à l’encontre des personnes en situation de handicap. L’objectif ultime de ce texte est d’assurer l’égalité des droits et des chances pour les personnes en situation de handicap. En particulier, le Titre III de l’ADA stipule qu’« aucun individu ne doit faire l’objet de discrimination en raison de son handicap dans la jouissance des biens, services, installations, privilèges, avantages ou aménagements de tout lieu ouvert au public ». L’ADA en lui-même, promulgué avant l’essor d’Internet, illustre exclusivement la notion de « lieux ouverts au public » par des lieux physiques. Pourtant, cela n’a pas empêché des demandeurs de poursuivre des éditeurs de sites Internet devant les tribunaux sur ce fondement. Ils bénéficient, dans leur démarche, du soutien du Department of Justice (« DOJ ») (Ministère de la Justice américain), qui, dans les recommandations qu’il a formulées sur l’ADA, a déclaré l’interpréter comme s’appliquant aux sites Internet opérés par des lieux ouverts au public.

Les tribunaux ont accueilli favorablement ces poursuites, acceptant de les entendre en dépit des objections des défendeurs. Les tribunaux sont cependant partagés sur les sites Internet susceptibles de relever du champ d’application de l’ADA. Certains tribunaux ont jugé que les lieux ouverts au public n’étaient pas nécessairement des lieux physiques, et que, par conséquent, des sites Internet pouvaient en eux-mêmes être des lieux ouverts au public. Par exemple, dans l’affaire National Federation of the Blind v. Scribd Inc., le Tribunal Fédéral de Première Instance du District du Vermont a considéré qu’une bibliothèque digitale offrant des abonnements à un service de lecture via un site Internet était un lieu ouvert au public. L’argument sur lequel se fonde ce tribunal (et d’autres comme lui) est historique : Le Congrès américain, en promulguant l’ADA, souhaitait donner à cette loi, un large champ d’application, de sorte que les personnes en situation de handicap puissent participer pleinement à tous les aspects de la vie en société, et que, bien qu’en 1990, quand l’ADA a été promulgué, Internet en était à ses balbutiements, il est maintenant devenu central à de nombreux aspects de la vie en société. D’autres tribunaux ont adopté une approche différente et requièrent la présence d’un lien étroit entre le site Internet et un lieu physique ouvert au public pour que l’ADA s’applique au site Internet. Par exemple, plus tôt cette année, dans l’affaire Robles v. Domino’s Pizza, LLC , la Cour d’Appel Fédérale du Neuvième Circuit a souligné que « le site Internet et l’application de Domino’s facilitent l’accès aux biens et services d’un lieu ouvert au public, les restaurants physiques de Domino’s », et a en conséquence statué que l’ADA s’appliquait au site Internet (et, il convient de le noter, à l’application mobile). La cour a insisté sur la place « cruciale » qu’occupait le lien entre le site Internet et le lieu physique ouvert au public dans son analyse.

Bien que la plupart des poursuites étaient jusqu’alors fondées sur le Titre III de l’ADA, de nouvelles affaires s’appuient sur le Titre I, lequel proscrit la discrimination en raison d’un handicap dans le cadre d’une candidature à l’emploi, des conditions de travail, et de l’embauche, promotion et licenciement des salariés. Ainsi, par exemple, dans une affaire introduite il y a quelques mois, Kasper v. Ford Motor Co., le demandeur allègue que le défendeur a enfreint le Titre I en n’offrant pas aux personnes en situation de handicap une alternative à sa plateforme de demande d’emploi en ligne qui leur soit accessible.

A l’heure actuelle, la norme exacte à laquelle les sites Internet doivent adhérer afin d’être en conformité avec l’ADA reste incertaine. Le DOJ n’a pas encore communiqué de recommandations sur le sujet et pourrait se faire attendre. Ce dernier a toutefois récemment réitéré que « l’absence de réglementation spécifique ne ne doit pas justifier des non conformités » à l’ADA. En conséquence, les entreprises éditent des sites Internet n’ont d’autre choix que de se tourner vers des normes non-officielles, les plus communément adoptées étant les « Web Content Accessibility Guidelines » (“WCAG 2.0. »). Les WCAG 2.0 contiennent des conseils pour rendre les sites Internet perceptibles, utilisables et compréhensibles pour les personnes en situation de handicap, ainsi que robustes (c’est-à-dire capable de soutenir des changements dans la technologie). Au moins un tribunal, le Tribunal Fédéral de Première Instance du District Sud de la Floride dans l’affaire Gil v. Winn Dixie Stores, Inc., a ordonné à une société de s’assurer de la conformité de son site Internet à WCAG 2.0. Le DOJ a néanmoins récemment spécifié que « la non-conformité à des normes techniques d’accessibilité à un site Internet non-obligatoires ne reflète pas nécessairement une non-conformité à l’ADA », offrant ainsi une certaine flexibilité aux sites Internet sur les moyens pour y parvenir. Cependant, la bonne pratique demeure pour tout site Internet de se conformer à des critères d’accessibilité de base, non seulement à cause du risque de poursuites pour non-conformité à l’ADA, mais simplement car cela envoie un message plus positif à tous les consommateurs. Enfin, il devrait être pratique courante pour la plupart des développeurs web de se conformer aux normes d’accessibilité de base, les compétences, l’effort et les outils nécessaires étant minimaux pour la plupart d’entre eux.

En résumé, en l’absence de clarification supplémentaire de la part du DOJ, du Congrès ou de la Cour Suprême sur le champ d’application de l’ADA pour les sites Internet et sur les exigences exactes pour qu’un site Internet soit conforme, il est recommandé pour tout site Internet accessible depuis les États-Unis de se conformer à WCAG 2.0 afin de réduire le risque de poursuites.


Rédigé par Emily Ayoob - Deborah A. Nilson & Associates le Vendredi 8 Novembre 2019

        

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Une publication du cabinet


S'abonner

Saisissez votre adresse mail pour recevoir nos articles




Nous suivre en ligne

Facebook
Twitter
Rss
iPhone

KGA Avocats sur votre mobile

Store

Facebook + Twitter


Recherche


NOS CHRONIQUES